EN

VOIR

PLUS

Actrices / Acteurs

Interview François Civil (DEUX MOI de Cédric Klapisch)
#DeuxMoi #FrançoisCivil,

- Publié le 11-09-2019
deux-moi-civil,civil-francois, - Interview François Civil (DEUX MOI de Cédric Klapisch)


François Civil retrouve Cédric Klapisch et Ana Girardot pour cette comédie romantique après "Ce qui nous lie".

 QUI EST RÉMY ?

Un jeune homme seul. Célibataire, loin de sa famille... Il vit dans son petit appartement du 18ème. Il est empreint d'une profonde mélancolie, d'un certain mal-être qu'il a du mal à saisir lui-même. Cet état l'empêche d'échanger normalement avec les gens qu'il croise, il évolue difficilement dans les situations auxquelles il est confronté. Bientôt, c'est son corps qui va sonner l'alarme... il va falloir se prendre en main et se reconstruire !

QUELLES POUVAIENT ÊTRE LES DIFFICULTÉS À JOUER RÉMY ET SON MALAISE ?

Il fallait déjà trouver un état de base. Dormir 2 heures par nuit pendant une longue période a de lourdes conséquences sur le corps et l'esprit. Il a fallu composer une certaine fébrilité, un débit de voix, un corps exténué mais nerveux... Il fallait aussi trouver des pensées... Cédric voulait beaucoup filmer du « rien ». Pour moi c'est ce qu'il y a de plus dur. Cela a été une grande découverte. C'est véritablement là qu'on connecte totalement avec un personnage, dans les silences, dans la solitude, dans les pensées. C'est le rôle le plus intérieur que j'ai eu à jouer jusqu'à présent.

COMMENT VOUS ÊTES-VOUS PRÉPARÉ À LE JOUER ?

Bon nombre d'inspirations sont assez abstraites, ou intimes. D'autres sont concrètes mais leur degré d'efficacité est assez flou... Pour toucher du doigt la solitude de Rémy j'ai eu besoin d'être un anonyme dans une ville qui m'est étrangère, j'ai alors passer du temps seul avec mon scénario à Bruxelles. Belle expérience.  J'ai aussi voulu m'entretenir avec un psy qui travaille dans les hôpitaux (comme le personnage de François Berléand) et j'ai commencé avec lui une thérapie. J'avais besoin de voir un bureau, de m'entendre dire les premiers mots hésitants, de m'écouter penser en marchant... Mais j'ai senti au bout de plusieurs séances que de parler de moi, François, alors que j'essayais de devenir Rémy me court-circuitait... J'ai arrêté ! Enfin, bizarrement, j'ai imaginé une paire de baskets les plus simples et banales possible pour Rémy en lisant le scénario. J'ai mis un point d'honneur à les trouver seul. Et ce n'est pas si simple de trouver des baskets banales ! J'ai mis la main dessus la veille du tournage. Ouf.

LE FAIT D'ÊTRE DIRIGÉ POUR LA DEUXIÈME FOIS PAR CÉDRIC KLAPISCH A-T-IL FACILITÉ LE TRAVAIL ?

J'ai l'impression que ça n'avait pas été difficile la première fois ! Ce qui est frappant avec Cédric, c'est qu'il aborde chaque film comme un premier film ! Bien entendu, il est fort de ses expériences passées et il a déjà un « style », mais j'ai l'impression qu'il a su garder une sorte d'ouverture d'esprit rare. Le fait qu'il choisisse une chef opératrice qui n'avait pas encore fait de long métrage en dit long !  La direction est claire, mais les idées ne sont jamais préconçues. C'est extrêmement agréable.  Ce que j'ai retrouvé, c'est le même sens incroyable de l'observation, la même bienveillance et la même justesse.

 

- Publié le 11-09-2019

Vos avis