EN

VOIR

PLUS

Sauvage  

Léo (Felix Maritaud)


 

Dans le premier film de Camille Vidal-Naquet, Felix Maritaud incarne Léo, 22 ans, qui se vend dans la rue pour un peu d’argent.



[© Texte : Cinezik] •
Léo

Autour de ce rôle

Propos du réalisateur

J'ai rencontré Félix assez tôt dans le casting. Il venait de tourner 120 BPM mais le film était encore en montage, je n'avais vu aucune image. Nous avons eu une connivence immédiate. Ce qui m'a beaucoup impressionné chez lui, c'est qu'il n'a peur de rien. Il est capable de tout faire, de s'abandonner totalement au personnage, quelle que soit la scène, sans se regarder jouer. Félix est un comédien très instinctif ; sur le plateau, il se jette dans les scènes sans détour, alors que moi je suis prudent, j'avance doucement, j'hésite... Et pourtant, tout en prenant des chemins différents, on allait toujours dans la même direction.

Camille Vidal-Naquet

 

Propos de l'acteur

Je suis entré dans le film avec une idée un peu préconstruite, due au fait que j'avais étudié aux Beaux-arts des questions comme le queer, le genre, le rapport de la sexualité et du corps à la société. Bref, j'avais une vision très intello du monde de la prostitution, des enjeux politiques qui y sont liés. Et finalement quand j'ai joué le personnage, il y a eu un moment où je me suis laissé envahir par lui, et où je n'étais plus du tout responsable de ce que mon corps produisait. Camille m'a beaucoup aidé à aller dans le sens du personnage. Il me guidait, il ne me laissait pas seul. Il y a une scène, à peu près à la moitié du tournage, où j'ai perdu le contrôle. J'étais tellement concentré, il y avait une telle intensité... Les deux jours suivants, j'ai eu un peu peur que cela se reproduise, mais Camille était là pour m'aider à me positionner. L'enjeu avec ce personnage, c'était de prendre un paysage de ruines et de créer une flamme au milieu qui éclaire le reste. On pourrait dire que l'opacité vient de l'extérieur, et que Léo la rompt en rendant tout très humain. Quand on a commencé à travailler sur le personnage, on s'est dit qu'il fallait absolument le rendre hyper solaire, sinon ça aurait été trop plombant pour tout le monde. Et politiquement, ça n'aurait pas été correct de créer un personnage qui soit l'archétype du mec qui va mal. Notre démarche était à l'opposé de ça : tout va mal dans la vie de ce garçon, mais lui est flamboyant et reste lumineux coûte que coûte.

Felix Maritaud

Nos articles sur ce rôle

Vos avis